top of page

Lutter contre les addictions : les recommandations de la HAS pour une PEC globale et coordonnée

L'addiction est un problème de santé publique majeur qui touche un grand nombre de personnes, et qui peut avoir des conséquences graves sur la santé physique et mentale. Les professionnels des structures sociales et médico-sociales sont souvent en première ligne pour aider les personnes souffrant d'addiction, mais ils peuvent parfois manquer de ressources et d'outils pour agir efficacement.



C'est dans ce contexte que la Haute Autorité de Santé (HAS) a publié en janvier 2023 un ensemble de recommandations pour aider les professionnels à mieux prendre en charge les personnes souffrant d'addiction. Ces recommandations visent à fournir aux professionnels des outils concrets pour améliorer la qualité de leur accompagnement, en s'appuyant sur les dernières connaissances scientifiques et les bonnes pratiques existantes.


Les recommandations de la HAS s'adressent ainsi aux professionnels des structures sociales et médico-sociales, qui peuvent intervenir dans de nombreux contextes, tels que les centres d'hébergement et de réinsertion sociale, les maisons de quartier, les associations d'aide aux personnes en difficulté, les établissements de santé mentale, etc.


Les recommandations sont organisées autour de quatre axes principaux :

  1. Sensibilisation et information des professionnels : La HAS recommande de sensibiliser tous les professionnels aux problématiques de l'addiction, en leur fournissant des informations claires et objectives sur les différents types, leurs conséquences et les moyens de les prévenir et de les traiter. Il est également recommandé d'organiser des formations spécifiques pour les professionnels qui interviennent directement auprès des personnes en souffrant.

  2. Evaluation de la situation de la personne : La HAS recommande de réaliser une évaluation systématique de la situation de la personne, en prenant en compte ses besoins, ses ressources, ses antécédents médicaux et sociaux, ainsi que les éventuels facteurs de risques et les obstacles à la prise en charge. Cette évaluation doit permettre de définir un plan d'action individualisé et adapté à chaque personne.

  3. Prise en charge globale et coordonnée : La HAS recommande de mettre en place une prise en charge globale et coordonnée de la personne, en impliquant différents professionnels et structures, tels que les médecins généralistes, les psychiatres, les travailleurs sociaux, les associations d'aide aux personnes en difficulté, etc. Cette prise en charge doit être adaptée à chaque personne, en prenant en compte ses besoins spécifiques.

  4. Suivi et évaluation de la prise en charge : La HAS recommande de mettre en place un suivi régulier de la personne, en évaluant régulièrement la pertinence et l'efficacité de la prise en charge. Il est également recommandé de mettre en place des outils d'évaluation et de suivi standardisés, qui permettront de mesurer l'évolution de la situation de la personne et de définir des objectifs de prise en charge à court, moyen et long terme.


Commenti


bottom of page